Navigation – Plan du site

N° 12, 2018 – Idiosyncrasie de l’indigénisme en Amérique latine. Pluralité des sources et des appropriations extra-latino-américaines

Date limite de réception des articles : 30 mars 2018

Idiosyncrasie de l’indigénisme en Amérique latine. Pluralité des sources et des appropriations extra-latino-américaines
Coordonné par Michele Greet (Université George Mason), Anahi Luna (UNAM, Mexico), Fernanda Sarmento (Université de Sao Paulo), Elodie Vaudry (Université Paris Nanterre)

Dans le milieu des années 1920, l’intellectuel péruvien José Carlos Mariátegui introduit le terme « indigénisme » et le définit comme une tendance de l’avant-garde latino-américaine qu’il décline comme un genre littéraire, une idéologie politique et une classification artistique. Néanmoins, l’indigénisme résulte aussi, comme le démontre Michele Greet dans Beyond National Identity. Pictorial Indigenism as a Modernist Strategy in Andean Art, 1920-1960, d’une dialectique paradoxale entre une sphère nationale et internationale.

  • 1 Michele Greet, Beyond National Identity. Pictorial Indigenism as a Modernist Strategy in Andean Art (...)

Cette « négociation »1 entre nationalisme et internationalisme est au cœur de la problématique de ce numéro d’Artelogie qui invite à penser cette tendance de l’Amérique latine comme une stratégie de transculturation entre cette aire géographique et le reste du monde. Jusqu’alors majoritairement étudié comme un mouvement centripète à l’Amérique latine, il convient ici d’appréhender l’indigénisme comme un phénomène centrifuge, pluriséculaire et transculturel.

  • 2 Art d’Amérique latine 1911-1968, musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, éd. (...)

En effet, il semble qu’il se soit aussi construit et déployé de manière transnationale à partir de scènes extérieures comme Paris, sur un plan aussi bien politique que culturel2. L’Europe puis les Etats-Unis au xxe et xxie siècle, entre autres, sont des foyers dans lesquels l’indigénisme trouve son inspiration intellectuelle, politique et plastique et/ou son lieu d’émancipation identitaire. Ainsi, à l’époque contemporaine, la défense des Indiens sous le pinceau de l’Équatorien Oswaldo Guayasamín (1919-1999) passe par une relecture des œuvres de Picasso et de Bernard Buffet. Les sculpteurs comme Marina Núñez del Prado (1910-1992), les architectes comme Pedro Ramírez Vásquez (1919-2013), les musiciens comme Theodore Valcárcel (1900-1942) s’approprient également des méthodes, des techniques et des matériaux extra-latino-américains pour ériger des édifices et composer des mélodies en faveur des Indigènes. À ces exemples, s’ajoutent bien sûr les appropriations réciproques des traditions indigènes, notamment celles de l’Amazonie, aux multiples créations contemporaines, tant dans le champ du design que des arts visuels en général.

  • 3 Archives du musée d’art contemporain de Lima (MALI), liste des ouvrages et des revues possédés par (...)
  • 4 Vanessa Giambelluca, « La Enseñanza del Dibujo en la Escuela. El Aporte de Martín Malharro », Arte (...)

Les politiques nationalistes européennes portées par les recueils d’ornements tels que The Grammar of Ornament d’Owen Jones (1856) représentent également des modèles et des contre-modèles instrumentalisés par les gouvernements indigénistes. En outre, la dessinatrice péruvienne, Elena Izcue, auteur de El arte peruano en la escuela (1926) possédait dans sa bibliothèque le volume Formes et couleurs (1921) et réalisé par l’artiste français Auguste H. Thomas3 ; elle s’en est probablement inspiré pour son propre recueil. Ce type d’ouvrages, utilisé comme des méthodes d’enseignement scolaire et artistique en Amérique latine, s’inspire des théories éducatives, sociales et politiques de l’Europe, particulièrement des écrits d’Auguste Comte et de Jean-Jacques Rousseau4.

  • 5 Christoph SINGLER, « Traversée des marges », dans Caravelle. Arts d’Amérique latine : marges et tra (...)

Ainsi, en abordant l’histoire de l’art latino-américaine et européenne dans le cadre d’une modernité à la fois conflictuelle et collaborative, ce projet d’histoire culturelle au lieu « d’opposer le nationalisme insulaire et l’internationalisme aliénant »5, voudrait montrer leurs dynamiques communes et mettre en exergue l’hybridation diachronique et diasporique de la culture visuelle contemporaine. Le but est donc d’aborder l’indigénisme – voire les indigénismes – dans une chronologie allant du xxe au xxie siècle et dans une construction élaborée à l’extérieur des frontières de l’Amérique latine, en va-et-vient avec l’étranger et les nations « indigénistes » et en relation avec les autres mouvements identitaires contemporains. Explorer les tensions productives de l’art indigéniste et rapprocher les différentes perceptions liées à cette longue histoire culturelle permettraient de repenser les luttes en faveur de la représentation et de l’auto-représentation entreprises par diverses cultures latino-américaines et mises en regard avec d’autres phénomènes culturels identitaires, tels que ceux de l’Amérique du Nord, de l’Océanie et de l’Afrique.

La thématique de ce numéro d’Artelogie étant fondée sur les transferts entre des cultures très distinctes dans le temps – en ce qui concerne les arts précolombiens – et dans l’espace, une approche pluridisciplinaire semble indispensable, associant histoire de l’art, histoire des idées et anthropologie. À cette étude doivent également s’adjoindre des éléments sur les échanges politiques, diplomatiques et économiques entre la France et les pays d’Amérique latine.

Thèmes suggérés :
Comment le ou les dialogue(s) entre la « culture occidentale » et ces groupes indigènes a-t-il eu lieu ?
Sources – modèles et contre-modèles - extra-latino-américaines de l’indigénisme
Inversions : portraits d’Indigènes à travers le regard occidental / portraits d’Occidentaux à travers le regard indigène
L’indigénisme et les avant-gardes artistiques, processus d’appropriations et de fractures
Foyers de formation de l’indigénisme hors des frontières de l’Amérique latine
Comment les processus diasporiques de l’indigénisme du xixe au xxie siècle ont servi les politiques internes à l’Amérique latine
Modèle et contre-modèle : l’indigénisme comme une réaction et une appropriation de modèles occidentaux
Comment les processus d’hybridation interagissent-ils avec les concepts de patrimoine, de tradition et d’innovation ?
Les expressions artistiques indigènes reflètent des cultures fondées sur d’autres valeurs et croyances, quelles sont les façons de valoriser et d’interagir avec cette diversité ?

- Date limite de réception des travaux originaux et inédits : 30 mars 2018
- Longueur totale du texte : signes (pas plus de 50000 signes ou de 35 pages), y compris le titre, les données biographiques des auteurs avec leurs mails, le résumé, l’introduction, tout autre paragraphe jugé approprié, conclusion, remerciements (le cas échéant) et références.
- Suivre strictement le guide de style pour les auteurs de Artelogie : https://artelogie.revues.org/621
- Envoi des articles : artelogie@gmail.com

Notes

1 Michele Greet, Beyond National Identity. Pictorial Indigenism as a Modernist Strategy in Andean Art, 1920-1960, University Park, Pennsylvania State University Press, 2009, p. 3.

2 Art d’Amérique latine 1911-1968, musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, éd. du Centre Pompidou, 1992, p. 36.

3 Archives du musée d’art contemporain de Lima (MALI), liste des ouvrages et des revues possédés par Elena Izcue, sans cote.

4 Vanessa Giambelluca, « La Enseñanza del Dibujo en la Escuela. El Aporte de Martín Malharro », Arte e investigación, (2012), n°8, 3-4.

5 Christoph SINGLER, « Traversée des marges », dans Caravelle. Arts d’Amérique latine : marges et traverses, 2003, n° 80, p. 9.

Haut de page
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Maison de l'Amérique latine
  • Logo EHESS - École des hautes études en sciences humaines et sociales
  • Revues.org